revues@enssib.fr
 
Usages

 

  Annaïg Mahé
Doctorante en sciences de l'information


Une évolution rapide

Préambule
Première période : le non-usage des revues électroniques
Deuxième période : des usages en croissance

Première période : le non-usage des revues électroniques

Cette première période se caractérise principalement par un foisonnement d'expérimentations ayant pour but de tester la faisabilité technique et la viabilité économique des revues électroniques naissantes. Ces études sont menées par des équipes universitaires ou par de grands éditeurs commerciaux, et souvent dans le cadre de partenariats entre ces éditeurs et plusieurs sites universitaires.

En ce qui concerne les usages par les chercheurs, le constat majeur est celui du non-usage, et celui-ci s'explique assez aisément :

• l'offre mise à disposition ne dispose pas d'une masse critique suffisante pour entraîner le besoin d'apprentissage d'un support nouveau ;

• les barrières techniques sont encore trop nombreuses : beaucoup d'usagers n'ont pas d'accès direct aux terminaux informatiques ; lorsque c'est le cas, les possibilités d'affichage et d'impression sont trop limitées, rendant l'usage particulièrement fastidieux ;

• les auteurs ne sont pas suffisamment motivés pour diffuser leurs résultats sur un nouveau support uniquement électronique : non seulement ce support n'offre pas de garanties suffisantes quant à la pérennité des publications, mais les chercheurs préfèrent surtout publier dans des revues reconnues par la communauté scientifique, ce qui n'est pas le cas des nouvelles revues électroniques, souffrant fortement d'un manque de reconnaissance institutionnelle.

De fait, si certaines de ces premières expériences sont des prouesses techniques, elles constituent une sorte de " faux départ " de la publication électronique par le manque d'auteurs et de lecteurs. La dimension économique reste, de même, peu probante du fait de ce non-usage. Leur intérêt du point de vue des usages aura été de remettre au premier plan l'importance des facteurs socio-cognitifs dans le processus d'appropriation d'une nouvelle technologie.

Mise à jour : lundi 4 février 2002
Droits d'auteur réservés Annaïg Mahé - février 2002

 

 
édition
économique
marketing
juridique
usages
  évolution
facteurs d'intégration
méthodes quantitatives
méthodes qualitatives
technique
services
étude de cas
débats

Accueil

   
   

Arborescence du site Crédits/contacts
Site optimisé
en 800X600
pour Netscape 4
et IE4

 

 

Toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon.