revues@enssib.fr
 
Usages

 

  Annaïg Mahé
Doctorante en sciences de l'information


Les facteurs d'intégration des revues électroniques dans les pratiques des chercheurs

Différenciation de l'intégration dans les pratiques
Complémentarité papier/électronique
La lecture à l'écran : éléments d'appréciation pour les revues
Avantages/inconvénients des revues électroniques
Références

Différenciation de l'intégration dans les pratiques

La discipline de recherche

Un des constats majeurs des études d'usages est l'importance de la culture de communication de la discipline : à ce titre, on retrouve dans les usages du support électronique les différences disciplinaires, voire sous-disciplinaires, relevées pour le support papier. Celles-ci sont notamment fonction de :
• la place de la revue scientifique comme support de communication, et la perception de l'accès à l'information scientifique et technique : rôle de la validation par les pairs, niveau d'urgence du suivi de l'actualité, besoins en antériorité, concentration ou dispersion des titres suivis, flexibilité par rapport au prix, etc.
• les types de contenus : texte, graphiques, images, formules mathématiques, etc.
• la familiarité avec l'outil informatique et les ressources électroniques


L'environnement

Le contexte dans lequel évoluent les usagers joue aussi un rôle important dans la différenciation de l'appropriation des revues électroniques. Dans cette catégorie, nous considérons :
• l'équipement informatique : si le niveau de familiarité avec les outils informatiques est en partie lié à la culture disciplinaire, le niveau d'équipement (et de maintenance) dépend directement des ressources disponibles en local et de leur répartition entre et à l'intérieur des laboratoires de recherche ;
• les habitudes locales : le laboratoire est un lieu de travail où se cristallisent et se transmettent des façons de faire, des habitudes de gestion du travail, du matériel, de communication. Chaque laboratoire est un micro-système qui organise ses ressources à sa façon et le contexte spatial a son importance, notamment en ce qui concerne les échanges d'information entre chercheurs et les types d'ambiance de travail (plus ou moins propices à une activité de recherche bibliographique et de lecture) ;
• les ressources à disposition et leur promotion : en premier lieu, la proximité ou l'absence de bibliothèques de référence influe sur l'usage des ressources électroniques. Quant à ces dernières, un des premiers facteurs de non-usage est la non-connaissance de l'offre à disposition. Dans ce contexte, une attention particulière doit être accordée à leur promotion pour s'assurer que tous les publics potentiels aient accès à cette information ;


La motivation et les préférences personnelles

Au-delà des considérations disciplinaires et contextuelles, les chercheurs ont des préférences individuelles plus ou moins marquées quant à leurs pratiques informationnelles. Certains conservent des habitudes papier fortes tandis que d'autres intègrent rapidement le support électronique. L'âge n'est pas toujours un critère significatif, malgré la perception par de nombreux chercheurs d'une différence générationnelle : les utilisateurs les plus assidus ne sont pas forcément les plus jeunes (même si effectivement les chercheurs débutants arrivent avec un bagage de plus en plus conséquent en ce qui concerne l'utilisation des ressources électroniques). De plus, les étudiants et les jeunes chercheurs sont généralement moins bien lotis que leurs aînés en ce qui concerne l'accès aux ressources électroniques (ainsi qu'aux informations concernant la disponibilité de ces ressources).

Mise à jour : lundi 4 février 2002
Droits d'auteur réservés Annaïg Mahé - février 2002

 

 
édition
économique
marketing
juridique
usages
  évolution
facteurs d'intégration
méthodes quantitatives
méthodes qualitatives
technique
services
étude de cas
débats

Accueil

   
   

Arborescence du site Crédits/contacts
Site optimisé
en 800X600
pour Netscape 4
et IE4

 

 

Toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon.