revues@enssib.fr
 
Usages

 

  Annaïg Mahé
Doctorante en sciences de l'information


Les méthodes qualitatives

(Cette partie est basée sur l'expérience du travail de doctorat en cours et les références utilisées).
Intérêts et limites
Description de différents types de méthodes
L'analyse des données
Références

Intérêts et limites

Les méthodes d'enquêtes qualitatives sont souvent dévalorisées par rapport aux méthodes quantitatives : on leur reproche généralement de se baser sur des échantillons trop faibles pour légitimer les résultats obtenus, mais c'est un reproche principalement basé sur une méconnaissance de ce type de méthodes. Les méthodes qualitatives sont, au contraire, particulièrement bien appropriées pour l'étude des opinions, des comportements et des pratiques des individus, et se justifient donc pleinement pour l'étude des usages. Elles permettent de les comprendre du point de vue de l'usager, de se familiariser avec son environnement, ses pratiques, ses besoins, en prenant en compte les contextes propres à chacun. A ceux qui questionnent la crédibilité de telles méthodes en regard de celles des sciences dites "exactes", Bruno Latour répond :

"Pour combler ce déséquilibre (…) il faudrait environ une centaine d'observateurs pour ce seul terrain, chacun ayant le même pouvoir sur leurs sujets que vous en avez sur vos animaux. En d'autres termes, il aurait fallu enregistrer sur bande vidéo ce qui se passait dans chaque bureau; il aurait fallu dissimuler des micros dans les téléphones et dans les bureaux; nous aurions dû prendre la liberté de faire des électro-encéphalogrammes; et nous nous serions réservé le droit de couper les têtes des participants si un examen interne s'était avéré nécessaire. Si nous avions disposé de ces libertés, nous aurions pu produire des données dures." (Latour et Woolgar, 1988).

De fait, "les méthodes qualitatives ont pour fonction de comprendre plus que de décrire systématiquement ou de mesurer" (Kaufmann, 1996). Comprendre, c'est-à-dire rendre intelligible, en se donnant les moyens de connaître la complexité subjective des actions d'un individu dans un contexte particulier.

C'est la raison pour laquelle la recherche de la représentativité statistique a peu de sens dans les méthodes qualitatives qui doivent au contraire privilégier la variété : "A valeur significative, ce qui est qualitatif, ce qui est spécifique" (Jo Link-Pezet, 1999). C'est justement ce type de connaissance que l'on cherche à recueillir : l'expérience, la spécificité d'un individu dans un processus collectif, mais c'est aussi la plus implicite, la plus proche de la personne enquêtée et, de ce fait, la plus difficile à exprimer.

Un autre reproche courant, et justifié cette fois, envers ce type de méthodes est le fait que le discours recueilli ne constitue pas une base légitime de connaissances des pratiques : il existe un écart entre le discours d'un individu sur ses pratiques et la réalité des pratiques décrites, et le contexte dans lequel se déroule une enquête qualitative peut avoir un effet majeur sur cette différenciation. Il est possible d'éviter en partie ce biais, inhérent à la pratique de l'entretien classique, individuel ou en groupe (étude de panels, "focus group"), grâce à une certaine maîtrise de ce type d'enquête, mais aussi grâce à l'utilisation en parallèle d'autres méthodes qualitatives, notamment l'observation participante ou l'utilisation de "carnets de route". En effet, ce qui fait l'intérêt de ces méthodes est aussi une de leurs limites principales : il faut du temps pour s'imprégner d'un contexte tout en recevant un discours qui n'est qu'une partie de ce qu'il décrit. L'utilisation de ces différents types de méthodes permet ainsi une certaine flexibilité, et une grande richesse des résultats. Une enquête qualitative peut soit être réalisée en amont pour préparer l'élaboration d'un questionnaire, ou en aval pour approfondir les résultats d'une enquête quantitative.

Mise à jour : lundi 4 février 2002
Droits d'auteur réservés Annaïg Mahé - février 2002

 

 
édition
économique
marketing
juridique
usages
  évolution
facteurs d'intégration
méthodes quantitatives
méthodes qualitatives
technique
services
étude de cas
débats

Accueil

   
   

Arborescence du site Crédits/contacts
Site optimisé
en 800X600
pour Netscape 4
et IE4

 

 

Toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon.