revues@enssib.fr
 
Expertise technique et organisationnelle

 

  Guylaine Beaudry,
Gérard Boismenu
La diffusion

Une interface Web pour la diffusion des revues savantes
Le système de diffusion
Une offensive de diffusion sur la toile

Le système de diffusion

Le système de diffusion d'un site combine plusieurs services dont la mise en route peut s'étaler dans le temps en fonction des priorités et des ressources disponibles. Dans cette perspective, il est utile de qualifier les divers services pour établir un programme d'actions. C'est en ce sens que, dans l'aperçu qui suit, les services ont été regroupés en services de base et en services complémentaires.

Services de base

On peut dénombrer au moins quatre services de base que devrait réunir un site de diffusion de revues.

Le lecteur doit pouvoir naviguer aisément et toujours comprendre ce qu'il peut trouver en poursuivant sa route. Le premier type de navigation suit l'organisation logique des périodiques scientifiques, telle les relations entre une revue, ses volumes, ses numéros et ses articles. Outre les liens à créer entre les différentes unités d'information, un mécanisme de fiches descriptives permet de prendre rapidement connaissance du contenu d'une unité d'information. Pour une revue, la fiche descriptive comprend le nom, la périodicité, les objectifs, les personnes responsables, etc. Pour un numéro, la table des matières remplit cette fonction, alors que, pour un article, le titre, l'auteur ou les auteurs, le résumé apparaissent naturellement sur une telle fiche. Le défi du système de navigation consiste à modéliser correctement les différentes fiches descriptives et à les produire automatiquement depuis les unités d'information fondamentales que sont les articles de revue. Certaines informations ne pourront être extraites des articles et devront être produites à part, mais ces interventions devraient être minimisées en étant intégrées dans un processus automatique lors de la production.

Une navigation thématique devrait être offerte. Il s'agit d'exploiter les métadonnées associées aux articles pour offrir une navigation non plus basée sur l'organisation par revues ou numéros, mais sur des concepts comme des sujets, des auteurs ou des relations thématiques. L'analyse des métadonnées permet d'identifier celles qui pourront donner lieu à un système de navigation.

La consultation devrait débuter par la fiche descriptive d'un article. La fiche descriptive devient le point d'entrée de l'article dans la mesure où la diffusion d'un article peut se faire selon plusieurs formats et représentations, et qu'aucun de ces formats n'est, a priori, prioritaire. D'ailleurs, l'adresse d'un article devrait être reliée à celle de sa fiche descriptive. Par exemple, dans un système basé sur les DOI, la résolution d'un DOI devrait mener le lecteur à la fiche descriptive de l'article en question. Cette fiche descriptive doit contenir un lien vers toutes les versions disponibles de l'article ; une fois ce lien activé, le lecteur peut consulter l'article à sa guise.

La recherche d'information est essentielle dans un site, en particulier lorsqu'il réunit des revues savantes. Lorsque la collection de documents est assez volumineuse, la navigation ne suffit pas. L'outil de recherche proposé doit permettre de distinguer l'information primaire, c'est-à-dire les articles scientifiques, l'information secondaire, par exemple la description d'un numéro ou d'une revue, et l'information de navigation (qui devrait normalement être ignorée en recherche).

Un bon outil de recherche permet (1) de composer des requêtes de recherche variées et puissantes et (2) de présenter les résultats de façon claire et utile pour les utilisateurs.

1. Pour répondre au premier objectif, les documents indexés sont les versions XML de référence des articles. L'outil de recherche doit pouvoir tenir compte non seulement du texte des articles, mais aussi de leurs métadonnées ainsi que de la structure des documents. Les métadonnées et la structure sont conçues pour pouvoir préciser les critères de recherche — par exemple, de chercher des mots seulement dans les sujets ou les auteurs ou les titres de sections — mais aussi pour influencer le tri par ordre de pertinence des résultats.

2. Le deuxième objectif, relatif à la présentation des résultats, est plus complexe. A priori, la possibilité d'effectuer différents tris, y compris par ordre de pertinence, ne semble pas poser de problèmes fondamentaux. Toutefois, une fonction intéressante des outils de recherche consiste à mettre en évidence les mots cherchés dans les documents trouvés. Puisque la recherche s'effectue dans les documents XML, en utilisant notamment leur structure, mais que les documents peuvent être consultés dans les formats HTML ou PDF, il n'est pas facile d'établir une correspondance entre la requête présentée et le contenu des articles dans ces formats. Des développements s'imposent de ce côté et il convient de les suivre et d'intégrer de telles fonctions à plus long terme.

La diffusion libre et gratuite des articles de revue dans Internet ne nécessite pas la gestion des utilisateurs et des droits d'accès. Cette gestion devient nécessaire dès que des restrictions sont imposées pour l'accès aux documents ou dès que des services personnalisés sont offerts aux utilisateurs.

Un système de gestion des utilisateurs suppose l'élaboration d'une politique d'accès à l'information, l'identification des unités d'information et des services, qui peuvent faire l'objet de restrictions, et la définition de ce qu'est un utilisateur. Une fois ces éléments établis, un système qui permet de combiner tous ces concepts et toutes ces définitions, doit être mis en place. La plupart des systèmes de gestion documentaire offrent une gestion des utilisateurs par groupes et personnes, de même qu'une gestion des droits d'accès par document ou par dossier. À l'aide de ces outils, on peut arriver à offrir une gestion qui remplit une bonne partie des besoins exprimés.

Services complémentaires

À ces services centraux, d'autres peuvent éventuellement s'ajouter pour valoriser la consultation et l'exploitation de la documentation diffusée.

La dissémination sélective de l'information consiste à envoyer par courriel de l'information directement aux personnes concernées. En raison de la périodicité des revues savantes, il s'agit d'un service très pertinent pour répondre aux besoins des chercheurs. Pour être efficace, un système de dissémination sélective de l'information doit être autogéré par les utilisateurs, de leur identification à leurs préférences, en plus de leurs besoins en information. Comme pour la navigation, la dissémination devrait se faire selon deux orientations, la première, basée sur la publication des articles, la deuxième, sur les préférences thématiques. Dans le premier cas, les utilisateurs sont avertis de la publication d'un article, et donc habituellement d'un numéro d'une revue, s'ils se sont déclarés intéressés par cette revue. Dans le deuxième cas, les utilisateurs sont saisis de la parution d'un article lorsqu'il correspond à certains sujets ou certains auteurs préalablement identifiés.

L'aide à la lecture désigne les fonctionnalités qu'il est possible d'ajouter afin de faciliter le travail du lecteur. Rien n'oblige d'implanter ces fonctionnalités dès la première phase de la diffusion des revues, bien que, pour certains utilisateurs, il s'agira de raisons suffisantes pour apprécier le système mis en place.

On peut s'inspirer des fonctionnalités d'aide à la navigation qu'offrent différents logiciels de navigation de contenu documentaire.

1. L'annotation est une fonction intéressante car les lecteurs ont souvent l'habitude de prendre des notes lors de la consultation d'articles scientifiques. Cette fonction est encore plus avantageuse lorsque les annotations peuvent être partagées entre différents utilisateurs.

2. Les signets permettent de revenir rapidement à certains éléments d'information. De plus, pour des articles imposants, la possibilité de marquer un endroit précis à l'intérieur du document peut s'avérer indispensable.

3. Les liens créés par l'utilisateur peuvent aussi être un outil intéressant d'acquisition de connaissance dans un corpus documentaire, en particulier lorsque ces liens peuvent être partagés ou "publiés" afin de les faire connaître à d'autres personnes. Ces trois fonctionnalités peuvent être implantées à l'aide d'outils respectant la norme XLink, qui permet de créer des relations entre des documents ou des parties de documents, sans nécessairement toucher à leur contenu. Le partage des annotations, signets et liens implique l'implantation de ces outils "côté serveur".

4. La manipulation des images et des autres contenus multimédias est une autre fonctionnalité intéressante. Pour l'utilisateur, il peut être très utile de modifier les dimensions d'une image pour mieux apprécier les détails, de démarrer et arrêter une séquence vidéo, etc. Pour y arriver, des logiciels "côté client" doivent être fournis, car les navigateurs Web actuels n'ont pas ces fonctionnalités.

La personnalisation d'un service Web consiste à offrir à l'utilisateur une expérience de navigation et de consultation adaptée à ses besoins, potentiellement différents de ceux d'un autre utilisateur. La personnalisation la plus intéressante pour un site de revues (encore faut-il en réunir un certain nombre pour que la chose prenne un sens) consisterait à recueillir les préférences des utilisateurs en matière de thématiques, d'auteurs, de revues, etc. et d'offrir à ces utilisateurs, en première ligne, des articles qui respectent ces préférences. Une telle personnalisation n'est pas essentielle, mais représenterait une valeur ajoutée justifiant ainsi son implantation éventuelle.

Mise à jour : vendredi 23 février 2001
Droits d'auteur réservés Guylaine Beaudry / Gérard Boismenu - février 2001

 

 
édition
économique
marketing
juridique
technique
  papier / électronique
infrastructure
version électronique
diffusion
archivage
glossaire
bibliographie
usages
services
étude de cas
débats

Accueil

   
   

Arborescence du site Crédits/contacts
Site optimisé
en 800X600
pour Netscape 4
et IE4

 

 

Toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon.