revues@enssib.fr
 
Expertise technique et organisationnelle

 

  Guylaine Beaudry,
Gérard Boismenu
L'archivage

L'obsolescence technologique
Les formats d'archivage et de conservation
Les supports d'archivage et de preservation
Les stratégies employées dans les divers projets
Garantir l'intégrité et l'authenticité des textes
La responsabilité de la conservation et de l'archivage

Garantir l'intégrité et l'authenticité des textes


L'authenticité et l'intégrité des textes sont deux éléments essentiels de la communication savante. Les auteurs autant que les lecteurs veulent s'assurer que les documents électroniques n'ont pas été manipulés, altérés ou encore falsifiés après leur création et leur publication.

Afin que les publications électroniques soient protégées et garanties, plusieurs solutions existent dont le cryptage. Le cryptage est, selon les termes de l'Office de la langue française, l' "opération par laquelle est substitué, à un texte en clair, un texte inintelligible, inexploitable pour quiconque ne possède pas la clé permettant de le ramener à sa forme initiale" http://www.olf.gouv.qc.ca . Essentiellement, il s'agit de coder un message de façon que seul un interlocuteur connaissant la "clé" puisse le décoder1. Le cryptage apparaît comme une solution adéquate pour la préservation de l'authenticité et de l'intégrité des publications électroniques scientifiques. Cependant, certaines difficultés pour la conservation des documents à long terme sont prévisibles, par exemple, dans le cas où un éditeur cesse ses activités et que la clé, par la même occasion, est perdue.

Signalons une autre solution, présentement en développement par un groupe de travail du World Wide Web Consortium, le Digital Signature Initiative http://www.w3.org/Signature, qui a comme mandat de développer une syntaxe XML représentant la signature des ressources Internet. Ces signatures permettront d'assurer l'intégrité des données, de même que l'authentification. À terme, l'objectif est d'établir le "Web of trust".

Nous proposons d'opter pour la simplicité et l'élégance de cette dernière solution et chercher à implanter la signature numérique dès que la norme aura atteint le statut de recommandation du W3C.

Mise à jour : vendredi 23 février 2001
Droits d'auteur réservés Guylaine Beaudry / Gérard Boismenu - février 2001

 

1 Cette question fait l'objet d'une analyse détaillée dans le chapitre 5 du rapport Erudit. http://www.erudit.org/erudit/rapport/chap5/chap5.htm

 
édition
économique
marketing
juridique
technique
  papier / électronique
infrastructure
version électronique
diffusion
archivage
glossaire
bibliographie
usages
services
étude de cas
débats

Accueil

   
   

Arborescence du site Crédits/contacts
Site optimisé
en 800X600
pour Netscape 4
et IE4

 

 

Toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon.