revues@enssib.fr

 

 

 

 

 

Etude de cas

 

 

La mise en ligne du BBF électronique au format XML


Emilie Romand-Monnier
Ingénieur en ressources électroniques à l'ENSSIB

 

Le BBF électronique



Présentation
Le postulat de départ pour la réalisation : choix du modèle de production
Les avantages du XML pour le BBF électronique

Le postulat de départ pour la réalisation : choix du modèle de production

Les premières orientations techniques du BBF électronique ont découlé des fortes contraintes dues au respect de l'identité visuelle de la version papier et à l'organisation du travail. D'une part, le BBF imprimé avec sa maquette devait rester le document de référence et d'autre part, le travail éditorial au sein de la rédaction ne devait pas être profondément remis en cause par l'arrivée de cette nouvelle version électronique. Ces deux principes ont rapidement écarté le modèle "XML-intégré"1 puisque envisager la base XML comme matrice pour la publication des différentes déclinaisons (imprimé, PDF, Web) signifiait revoir complètement la chaîne de production et renoncer, en partie, à la signature graphique du BBF2.

En effet, "la philosophie de XML consiste à bien séparer les données/documents (le fichier XML proprement dit) des traitements/présentations. Un document donné sera, lors de sa création, balisé uniquement en fonction de son contenu (sa sémantique) intrinsèque et indépendamment de sa restitution future (papier, écran, etc.)…"3. Le format XML n'est donc pas un langage axé sur la forme et il aurait été trop complexe, dans le cas du BBF électronique, de vouloir retrouver une mise en page comparable à celle obtenue par la rédaction avec le logiciel de PAO XPress. Ainsi, le XML ne n'intervient qu'en aval de la chaîne de production de la revue papier ; les fichiers XML résultent des documents récupérés à partir de leur version la plus aboutie, c'est-à-dire les fichiers XPress qui sont utilisés pour l'impression. Le traitement en vue de la publication électronique reste donc le dernier maillon de la chaîne du BBF comme il l'était pour le BBF en PDF (cf. Schéma de l'organisation du travail et de la chaîne de traitement des articles). Et d'aucune façon il ne modifie l'aspect de la version papier, pas plus que le travail éditorial de la rédaction du BBF.

Les fortes contraintes qui ont sous-tendu les choix techniques pour la mise en place de la chaîne de production du BBF électronique peuvent être résumées ainsi :
- Les fichiers sources des articles parus dans le BBF n'ont aucune homogénéité de format ou de forme car la rédaction n'impose pas de feuille de style aux auteurs. Aucune conversion automatique de ces fichiers vers le format XML ne peut donc être envisagée.
- La version imprimée du BBF et le BBF électronique sont deux produits disjoints, publiés chacun par une équipe. Le traitement de la revue papier ne devant pas être reconsidéré pour y intégrer le XML, l'équipe du BBF électronique a donc dû créer sa chaîne de production et choisir un modèle en fonction de la pratique interne de la rédaction.
- La publication électronique arrive en aval du processus classique d'édition papier sous XPress, ce qui a posé des difficultés de récupération de fichiers.

Le format XML, dans le cadre de ce projet, permet d'afficher les articles et de générer une base de donnée pour une recherche perfectionnée. Dernier maillon de la chaîne, les fichiers XML ne sont pas utilisés comme "matrice" pour des sorties multi-supports. Il est en effet possible de produire à partir d'un source XML, associée à différentes feuilles de style, une version papier (pdf), "écran" (html), cédérom, etc.

Mise à jour : lundi 25 mars 2002
Droits d'auteur réservés Emilie Romand-Monnier- mars 2002

 

1 Cf. Guylaine Beaudry et Gérard Boismenu, Expertise technique et organisationnelle, pp. 18-23 (accessible sur le site Expertise de ressources pour l'édition de revues numériques à l'adresse suivante : http://revues.enssib.fr/Index/indextecnic.htm).

2 Ces propos ce rapportent au cas particulier du BBF dont la maquette papier est très élaborée. Rendre cette mise en forme à partir du XML eut été très complexe d'autant que pour implanter le modèle XML-intégré, il faut contrôler l'ensemble de la chaîne de production, ce qui n'est pas le cas pour l'équipe du BBF électronique. Le projet Érudit démontre - pour plus de 10 revues - que la chaîne de traitement intégré n'implique aucun compromis pour la grille typographique de la version papier d'une revue (voir les version PDF des revues publiées dans Érudit : http://www.erudit.org).

3 Émilie Romand-Monnier, Migration d'une revue professionnelle vers un modèle structuré en ligne, Rapport de stage DESSID 2000, p. 77.

 
édition
économique
marketing
juridique
usages
technique
services
étude de cas
  interview
Marin Dacos
  DTD SciELO
  portail revues françaises SHS
  BBF au format XML
débats

Accueil

   
   

Arborescence du site Crédits/contacts
Site optimisé
en 800X600
pour Netscape 4
et IE4

 

 

Toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon.